24 avril 2015

3. DE LA PAIX A LA GUERRE... CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

3.
DE LA PAIX À LA GUERRE...
CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

 

1 - 2. Un ministre de l’Intérieur
dans l’État-paria…

 

      « 6 octobre 2005. » Voix off : « Toute cette histoire a commencé deux ans avant que le futur président n’entre à l’Élysée lorsqu’il est allé faire la connaissance du dictateur un jour d’octobre 2005. Il est alors un fringuant ministre de l’Intérieur de Jacques Chirac qui ne fait pas de mystère de ses ambitions présidentielles. Depuis l’aéroport, son convoi file à travers Tripoli, capitale d’un État de six millions d’habitants que la manne pétrolière a rendu le plus riche d’Afrique. Sur les murs s’affiche partout l’homme qui le dirige d’une main de fer depuis 1969. »

     
Voix off : « Officiellement, le ministre a été convié, ici, à venir s’entretenir de la lutte antiterroriste et de l’immigration irrégulière. » Nicolas Sarkozy : « Pourquoi voulez-vous aller en Italie ? » Un jeune homme : « Je voulais partir. » Pour les États capitalistes en crise, dont une partie des populations - au chômage ou au travail - ne peuvent plus subvenir aux nécessités de leur existence, il s’agit, à l’époque, de lutter contre le terrorisme que, pourtant, ils sécrètent eux-mêmes, et de freiner, sinon d’empêcher, l’arrivée d’Africains et de leurs familles en Europe, notamment en France. Mais le Guide révolutionnaire, Muammar Gaddhafi, n’avait pas attendu les Occidentaux pour inciter les Africain(e)s à rester dans leurs pays afin de contribuer au développement du continent.  
     
Voix off : « En coulisses toutefois, cette visite a pour le ministre d’autres enjeux, plus personnels. Elle a été initiée par un homme de l’ombre, un Libanais, un intermédiaire en armements, à la fois proche de plusieurs membres de son entourage et familier du pouvoir libyen. » L’intermédiaire en armements, c’est  Ziad Takieddine qui parle, non pas du « dictateur », mais du « colonel Kadhafi » : « En 2005, je rencontre le fils du colonel Kadhafi [Saïf al-Islam] en visite privée en France. Alors, il m’invite en Libye pour aller rencontrer son père, le colonel Kadhafi. Et je rencontre Kadhafi. Quand je parlais de Nicolas Sarkozy, à lui, je parlais de lui comme quelqu’un qui allait changer beaucoup la démarche française, en général, dans le domaine de la politique extérieure. » Bernard Cheynel, lui aussi intermédiaire en armements, confirme les dires de son confrère : « C’est Saïf qui s’est emballé sur Sarkozy. Saïf qui a poussé son père : “papa, papa, papa, papa.” Papa, il est formidable, papa. Il est formidable. » Ziad Takieddine : « Je retourne en France. Je vois monsieur Guéant et des choses se sont mises en place. » Jean-Luc Sibiude (ambassadeur de France en Libye) : « Et monsieur Claude Guéant était venu préparer la visite plusieurs fois. Je crois qu’il est venu au moins deux fois, pas forcément… Une fois… Monsieur Claude Guéant avait ses propres contacts. » Voix off : « Signe de l’importance qu’il accorde à cette relation, son plus proche collaborateur [Claude Guéant, donc...] devient dès lors son agent de liaison avec les Libyens. »

Françoise Petitdemange


6. DE LA PAIX A LA GUERRE... CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

6.
DE LA PAIX À LA GUERRE...
CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

1- 5. Des affaires qui changent de mains

 

      Voix off : « Ainsi, l’homme d’affaires Takieddine effectue de nombreux séjours dans les grands hôtels de Tripoli. Il utilise ses relations dans l’entourage du futur président pour emporter des contrats d’armement et évince ainsi des intermédiaires implantés de plus longue date. »
     
Bernard Cheynel feuillette un catalogue de présentation des nouvelles armes : « J’ai mes clients eux-mêmes qui viennent vers moi et qui me disent : “Ziad Takieddine est arrivé avec un courrier à en-tête du ministère de l’Intérieur” - Sarkozy était ministre de l’Intérieur - et, dans le courrier, il y avait marqué : “Je recommande chaudement monsieur Ziad Takieddine, homme de l’industrie, très connu par nos services, un homme remarquable pour les industriels Thalès, Dassault, Snecma.” Allons-y ! Pourquoi pas, Mac Do… (Il rit.) Enfin ! Il y en avait pour tous les goûts et signé : “Monsieur Sarkozy.”. » L’intermédiaire en armements poursuit : « J’ai su après que Sarkozy a été interrogé à l’Élysée. Sarkozy dit : “M’enfin, écoutez, soyons sérieux. Vous avez une copie ?” On lui a répondu : “Eh ben, non, on n’a pas de copie.” “Bon, ben, alors, écoutez, enfin, vous connaissez les Libanais !” C’est ce que j’ai su, ce qu’il leur est répondu : “Vous connaissez les Libanais ! Enfin, bon. Enfin…”. » Cette petite phrase de Nicolas Sarkozy : « Vous avez une copie ? », rapportée par Bernard Cheynel, renvoie à la fin de ce documentaire.
     
À propos du président Sarkozy, Ziad Takieddine précise : « Ce n’est pas lui qui me mandate, hein. Ce n’est pas lui qui me mandate. Par contre, Nicolas Sarkozy a reçu, officiellement, ma désignation comme interlocuteur de la part des Libyens avec lui. » (Large sourire et mouvement d’yeux de Ziad Takieddine qui remet les choses en place.)
     
Voix off : « Le futur président ne sait peut-être pas tout ce qui se trame autour de lui ou en son nom. Mais entre lui et le dictateur, il flotte, dès lors, un fumet affairiste qui ne sera pas sans conséquence à la fin de cette histoire. » De quoi est-il question, ici ? Du financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy par la Libye ?

 

Françoise Petitdemange

 

Posté par cunypetitdemange à 17:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

29 avril 2015

36. DE LA PAIX A LA GUERRE... CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

36. DE LA PAIX À LA GUERRE…
CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

5 - 35. Le fou, le dictateur Sarkozy… Pas le moindre mot
pour les hommes, les femmes, les enfants
tué(e)s sous les bombes,
pour les handicapé(e)s à vie…

 

      Après plus de six mois de guerre contre les hommes, les femmes, les enfants de Libye, Nicolas Sarkozy ose mettre les pieds sur le sol libyen et prendre la parole à une tribune avec, à ses côtés, les traîtres, Moustapha Abdel Jalil, et un autre “libyen”, made in CIA, et David Cameron, et, derrière lui, les drapeaux français et européen. « Tripoli, Jeudi 15 septembre 2011 » : « Il faut que tous les dictateurs du monde comprennent que, dans le monde du XXIème siècle, il n’y aura pas un endroit où ils pourront s’assurer de leur impunité. L’impunité, c’est fini. Je vous remercie. » (La salle est comble. Pas un seul applaudissement.)
     
Mais… Qui est le dictateur ? Celui qui a mis fin, sans effusion de sang, avec des amis civils et militaires, à une monarchie collaboratrice des colonisateurs, qui a libéré son pays de l’occupation étrangère, qui a transmis le pouvoir politique et économique au peuple, le 2 mars 1977, et qui a fait, de son pays le plus pauvre de la planète, le plus riche d’Afrique ? Ou celui qui a les pleins pouvoirs, par la Constitution de 1958, et qui peut décider tout seul de faire la guerre : de détruire un pays qui, non seulement n’a pas attaqué la France mais n'a jamais eu la moindre intention de le faire, de massacrer un peuple souverain, de retirer à ce peuple le pouvoir pour le livrer à une bande de criminels et d’incapables, de destituer un Guide révolutionnaire, et de le mettre à mort par personnes interposées ? Celui qui était soutenu par le peuple libyen ? Ou celui qui a manœuvré, pour des raisons dont certaines sont personnelles, contre le peuple libyen souverain et contre le peuple français qui n’est pas souverain puisqu’il n’a pas eu le moindre mot à dire tandis que la guerre s’est faite… en son nom ?
     
     
Nicolas Sarkozy se retrouve avec David Cameron, Moustapha Abdel Jalil ; BHL vient se montrer au premier rang entre Alain Juppé et Nicolas Sarkozy.
     
Voix off : « Dans l’euphorie de sa victoire, il a presque les mêmes mots que pendant sa campagne de 2007. Comme si, de cette manière, il voulait effacer les cinq années de sa relation avec le dictateur. Comme si, à quelques mois d’une autre campagne électorale, il venait conclure, ici, cette peu glorieuse histoire. Pourtant, alors qu’il repart, en Libye, la suite de l’histoire s’écrit déjà. L’opposition qu’il a soutenu [sic] échoue à gouverner : une guerre civile éclate, le pays implose, les islamistes s’implantent. La région est en proie au chaos. En provoquant la chute du dictateur, il a évité un massacre mais créé un monstre. » « Il a évité un massacre » : ceci n'est que le prétexte inventé par trois dirigeants voulant en finir avec la Libye révolutionnaire. Quant aux quelques dizaines d’opposants émigrés depuis plusieurs années aux États-Unis, en Arabie saoudite, en Grande-Bretagne, ils ne sont revenus en Libye que pour détruire leur pays natal qu’ils n’avaient pas contribué à développer et pour lequel ils n’avaient aucune perspective d’avenir. Prétendant éviter un massacre de - disons le nombre le plus important affiché dans les médias mainstream - 10.000 personnes, Nicolas Sarkozy est à l'origine d'un massacre de plus de 100.000 hommes, femmes, enfants… massacre qui se poursuit quatre années après la fin des bombardements occidentaux. En fait, le « monstre », c'est Nicolas Sarkozy lui-même.

Françoise Petitdemange


38. DE LA PAIX A LA GUERRE... CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

38.
DE LA PAIX À LA GUERRE…

CONTRE LE PEUPLE LIBYEN 


5 - 37. Combien ?

 

       Après un long générique…
      Voici Nicolas Sarkozy à l’émission télévisée « Parole de candidat ». Une journaliste lui pose la question : « Le colonel Kadhafi aurait financé votre campagne en 2007. Est-ce que c’est vrai ? »
     
Nicolas Sarkozy : « Ah ben, dites-moi, s’il m’avait financé, je n’aurais pas été très reconnaissant. » Mais cette répartie - chacun(e) peut en convenir - n’est pas une réponse.
      L’homme d’affaires Ziad Takieddine, qui avait l’oreille de Muammar Gaddhafi, a peut-être la réponse : « Il avait dit, heu… quelque chose autour de 50 millions ou quelque chose comme ça. Tous les rendez-vous avec Kadhafi sont enregistrés et c’est ça qui leur fait peur. »
     
Intervention sur RMC du journaliste, Edwy Plenel, qui correspond aux dires de Ziad Takieddine : « Nous affirmons sur la base de plusieurs témoignages et de documents qu’il y a eu un financement à hauteur de 50 millions. »

     
Ce documentaire s’achève sur deux phrases instructives. À  propos d’un financement de sa campagne de 2007, Nicolas Sarkozy déclarait sur Télé Matin en 2012 :  « Vous croyez vraiment qu’avec ce que j’ai fait à monsieur Kadhafi, il m’a fait un virement ? Pourquoi pas un chèque endossé ? » Comme il est possible de le constater, Nicolas Sarkozy inverse la succession des événements : si la Libye a financé sa campagne présidentielle de 2007, elle ne l’a pas financée… après les huit mois de guerre de 2011 et la mort du Guide révolutionnaire ! En parlant de « virement », de « chèque endossé », monsieur Sarkozy ne manque pas d’humour, à moins qu’il ne prenne les citoyens et citoyennes pour des imbéciles : il sait très bien que ces affaires-là ne se traitent pas ainsi mais en espèces sonnantes et trébuchantes qui ne laissent pas de trace ou très peu.

     
Coup de théâtre : « ce que j’ai fait à monsieur Kadhafi » est un aveu…

     
Le mot « dictateur », répété 57 fois dans le commentaire, doit-il vraiment s’appliquer au Guide révolutionnaire ou…

 

Françoise Petitdemange