26 avril 2015

20. DE LA PAIX A LA GUERRE... CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

20.
DE LA PAIX À LA GUERRE…

CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

4 - 19. L’UPM (Union Pour la Méditerranée), 13 juillet 2008 :
une règle du jeu modifiée

      Sommet de Paris pour la Méditerranée - 13 juillet 2008 : Nicolas Sarkozy apparaît entre Jean-David Lévitte, son conseiller diplomatique, et Bernard Kouchner. Les invités arrivent… Nicolas Sarkozy fait l’accolade à Hosni Moubarak.
     
Voix off : « L’année suivante, en juillet 2008, le président accueille à Paris le sommet fondateur de son Union Pour la Méditerranée devant une quarantaine de chefs d’États. »
     
Cependant, le projet de départ a complètement changé… Ce qui est passé sous silence dans le documentaire... Jean-David Lévitte (conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy) : « Le seul qui, heu… fidèle à sa, son imprévisibilité, heu… a décidé de déclarer forfait, c’est finalement Kadhafi. Et non seulement il a déclaré forfait, mais il a boudé en disant : « Ce n’est pas comme ça qu’il fallait le faire. ». » Pour « bâtir une Union méditerranéenne », il fallait s’en tenir aux pays méditerranéens. Il ne fallait pas, à la fois, obliger les pays du nord de l’Afrique à accepter, dans le groupe, tous les pays européens, y compris ceux qui, comme l’Allemagne, étaient loin de la Méditerranée, et rejeter du groupe, dans le même temps, les autres pays de l’Afrique qui n’avaient pas de côtes méditerranéennes ! Il ne fallait pas non plus forcer la main des Arabes en les obligeant à reconnaître l’État d’Israël au détriment de l'existence du peuple palestinien. Ce projet allait bientôt se présenter, aux regards des chefs d’États africains - et pas seulement au regard de Muammar Gaddhafi - comme une tentative, d’abord française, puis européenne, de court-circuiter le projet de l’UA (Union Africaine), de séparer les pays d’Afrique du Nord des autres pays africains, et de faire exploser les États-Unis d’Afrique en voie de création. Après l’échec de son projet d’« Union Pour la Méditerranée », Nicolas Sarkozy, au lieu de s'interroger sur cet échec, n’a cessé de ruminer sa colère et de fomenter des guerres civiles : en Côte d’Ivoire, en Tunisie, en Égypte, en Syrie, en Libye… Il a détruit ce pays, bombardé le peuple libyen, et semé la haine de l’Afrique du Nord à l’Afghanistan.
     
La diplomate libyenne, Zohra Mansour,  : « Ce qui a mené Muammar Gaddhafi à la rupture avec Sarkozy, c’est la quête de leadership de Sarkozy. Pour Muammar Gaddhafi, les pays africains sont au nombre de 54 : ils sont plus nombreux que les pays européens. »

      Vue sur une assemblée installée dans des fauteuils verts. Muammar Gaddhafi, toujours dans son habit traditionnel brun, avec sa chéchia noire sur la tête, est installé, lui aussi, dans un fauteuil vert, en face de l’assemblée, derrière une table basse sur laquelle se trouvent une demi-douzaine de micros, peut-être un magnétophone, et une boîte de mouchoirs. La rencontre a lieu dans la tente. Un Libyen de l’assemblée, en habit traditionnel et couvre-chef blancs, parle dans un micro, juste devant le premier rang. Pourquoi donc son intervention, n’est-elle pas traduite dans le documentaire ?…
     
Voix off : « Préférant rester maître sur son continent, le dictateur multiplie les déclarations hostiles à l’Union pour la Méditerranée. Fragilisée, dès ses débuts par l’absence de la Libye, cette Union ne verra jamais le jour. » L’« Union Pour la Méditerranée » aurait pu se faire sans la Libye, si les chefs des autres États africains n’avaient pas compris, eux aussi, que le Français Sarkozy et, d’une façon plus générale, les Européens avaient, entre-temps, modifié la règle du jeu à leur avantage exclusif.
     
« À Paris… » Voix off : « L’aventure libyenne est, pour le président, un échec cuisant. Elle a mis en lumière ses défauts, son exercice solitaire du pouvoir, un certain amateurisme. Cela explique, sans doute, qu’elle coïncide dans les sondages avec le début d’une impopularité durable. Dans les trois années suivantes, le président ne veut plus entendre parler du dictateur. Jusqu’à un certain jour de février 2011. »

 

Françoise Petitdemange


28 avril 2015

28. DE LA PAIX A LA GUERRE... CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

28.
DE LA PAIX À LA GUERRE…

CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

 

5 - 27. Les faux démocrates français
contre la démocratie directe libyenne 

 

      Quant à la réaction de Muammar Gaddhafi, la diplomate libyenne, Zohra Mansour, se souvient : « Il a été stupéfait que Sarkozy s’ingère dans ce conflit. » Ahmed Gaddhaf El Dam (conseiller de Muammar Gaddhafi) : « Ils n’ont même pas cherché à dialoguer. Aucun émissaire français n’est venu sur place, en Libye. Il semble qu’il y avait déjà un plan pour se débarrasser de Gaddhafi. »
     
D’ailleurs, des membres de l’UA (Union Africaine), qui voulaient se déplacer, par avion, en France, ont été tout simplement menacés physiquement. Voici ce que monsieur Kofi Yamgnane dévoilera, plus tard, lors d’un entretien : « Lorsqu’un président de la république française interdit – moi, je suis tombé sur mon sur mon sur le dos quand j’ai entendu ça. Vous savez que l’Union Africaine, qui était, à l’époque, présidée par son Excellence le président Obiang (Intervention du questionneur : Obiang Nguema Mbasogo de la Guinée Équatoriale…) de la Guinée Équatoriale, avait, à propos de la Libye, avait une solution négociée à proposer. Ils ont formé une délégation pour y aller et Sarkozy leur dit : « Je vous interdis de monter dans l’avion parce que si vous passez l’espace, je vous flingue. » [https://www.youtube.com/watch?v=66vakaVFOcg « Libye Sarkozy a menacé de mort les présidents africains qui souhaitaient négocier avec kadhafi »]

     
Muammar Gaddhafi en habit brun, toujours avec sa chéchia noire, s’adresse au président Sarkozy : « La France se prend pour qui ? Elle veut nous attaquer ? Tu penses qu’attaquer la Libye est facile, espèce de crétin ! » Applaudissements et acclamations très importantes dans la salle. « Nous, on va t’attaquer ! Tu veux attaquer ? Essaye pour voir ! » Il faudra une dizaine de jours à la France pour se rendre compte qu’elle n’arrivera pas toute seule à venir à bout du peuple libyen. L’OTAN prendra le relais, dès la fin mars, et bombardera la population civile comme militaire puisqu’il s’agissait, en Libye, d’un peuple en armes.

     
Vue sur les véhicules militaires libyens portant le drapeau vert de la Grande Jamahiriya Arabe Libyenne Populaire Socialiste. Les tanks roulent sur une route traversant le désert. Voix off : « Fou de rage, le dictateur commet l’erreur d’envoyer ses chars contre la ville rebelle de Benghazi. » Fallait-il laisser les prétendus manifestants, les prétendus rebelles attaquer, à main armée, les autorités policières et militaires du pays, les commissariats de police et les casernes ? Que ferait un président de la république, dans le cas où la police et l’armée françaises seraient attaquées ? Rien ?
     
Message de Muammar Gaddhafi à la radio : « C’est bon, l’affaire est réglée ! Nous arrivons ! Pas de pitié ni de clémence pour eux ! » L’attaque, à main armée, contre les autorités libyennes, était un crime de haute trahison passible de la peine de mort.

 

Françoise Petitdemange