29 avril 2015

32. DE LA PAIX A LA GUERRE... CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

32.
DE LA PAIX À LA GUERRE…

CONTRE LE PEUPLE LIBYEN


5 - 31. Un prêt remboursé par des bombes ?

 

      Voix off : « Couverte par le bruit des bombes, l’accusation n’est pas étayée par le dictateur. Mais elle finira par ressurgir. Au large de Tripoli, le président, lui, vient encourager ses troupes. Débuté six mois plus tôt, le conflit s’enlise. La rébellion piétine. Le chef des armées fait intensifier les opérations et parachuter des tonnes d’armes aux opposants libyens. » Il faut rappeler que la rébellion est presque éteinte lorsque Nicolas Sarkozy décide, à grande vitesse, d’envoyer des avions contre le peuple libyen. Ainsi, un chef d’État, étranger à la Libye, s’ingère dans les affaires intérieures d’une démocratie directe pour aider une rébellion qui attaque, à mains armées, l'armée et la police du pays, ainsi que la population ? Ainsi, allait-il éviter un remboursement du prêt libyen ?

     
Natalie Nougayrède, journaliste au Monde, donne l’ambiance présidentielle… « Autant, autour de lui, il y a eu parfois du flottement, hein, chez des membres du gouvernement. Tout le monde n’était pas convaincu à Paris de la nécessité d’agir en Libye. Mais lui était déterminé jusqu’au bout. Les échanges qu’il a avec des gens qui le fréquentent à ce moment-là, c’est : « Je vais me mettre à genoux. Il va mordre la poussière. » C’est dire que cette guerre contre le peuple libyen, autant que contre Muammar Gaddhafi, soulève un problème essentiellement politique en France : le président a, par la Constitution de 1958, la possibilité de lancer une guerre contre un pays qui n’a, en rien, attaqué ni même menacé la France. Quant au gouvernement, à l’assemblée parlementaire, il-elle sont mis(e) devant la décision déjà prise. La France n’est pas une république mais une monarchie dictatoriale.
     
Henri Guaino est un peu dur de la feuille mais il analyse très bien… « Moi, je n’ai pas entendu des expressions de ce genre. Mais ce n’est pas impossible, ce n’est pas impossible. Parce que, des deux côtés, le ton, évidemment, le ton, le ton monte. Ça devient une espèce de de de défi presque, presque personnel. Il faut qu’il y en ait un qui perde et qui perde tout. » Où va se loger la conscience politique de Nicolas Sarkozy ? Dans le « défi ». Muammar Gaddhafi se serait passé de ce « défi » destiné à détruire son pays et à massacrer le peuple avant de l’assassiner lui-même. Tout juste élu, la question était posée à la Une de certains magazines * : Nicolas Sarkozy est-il fou ? Un président qui fait la guerre à tout un peuple, par « défi » personnel, n’est-il pas… particulièrement dangereux ?
     
Des hommes enlèvent des affiches de Muammar Gaddhafi. Des groupes armés tirent sur une place. Ces hommes ne sont pas le peuple libyen : ils ne représentent personne d’autre qu’eux-mêmes et travaillent pour les dirigeants occidentaux qui bombardent leur pays. Un homme, debout sur le « Monument de la Souffrance du peuple libyen », érigé après le bombardement de Benghazi et de Tripoli par les forces armées anglo-saxonnes en 1986, arbore le drapeau du roi Idriss 1er, mort depuis longtemps. Sait-il, cet homme, qu’il arbore le drapeau de la collaboration de ce roi fantoche avec les colonisateurs de la Libye, le drapeau honni par le peuple libyen, « le drapeau de la honte », dira Safia Farkash, épouse de Muammar Gaddhafi. Ces hommes qui ont été montrés, juchés sur ce Monument, sont-ils des Libyens, ou des mercenaires expédiés par le Qatar ou l’Arabie saoudite ou par un autre pays ? En tout cas, des hommes qui ne respectent ni les vivants ni les morts… ne présagent rien d’autre qu’une société sans passé, sans présent hormis la violence aveugle, et sans avenir.
     
Voix off : « Celui qui perd tout, c’est, bien sûr, le dictateur. À la fin de l’été 2011, son palais tombe aux mains de ses ennemis. Deux mois plus tard, son convoi est attaqué par des avions français. Lui-même est capturé par des rebelles. » Pour qui a vu des vidéos montrant de prétendus rebelles un peu hébétés de se trouver dans une caserne qui n’avait pas grand-chose à voir avec un « palais »… Si le palais de l’Élysée a, derrière lui, un pan de l’histoire des monarchies et des empires : à l’origine, hôtel particulier d’un comte, devenu palais de la Pompadour, favorite ou, plutôt, prostituée du roi Louis XV, puis palais princier, palais impérial… avant d’être palais des présidents de la république… Quelle belle continuité dans la politique anti-démocratique ! Chez les Gaddhafi, pas de dorures, un confort sans clinquant.

[* Marianne, Sarko est-il foutu… ou fou tout court ?, 30 avril 2010
http://www.marianne.net/Sarko-est-il-foutu-ou-fou-tout-court_a192294.html
L’Obs avec Rue 89, Sarkozy, « voyou de la République » selon Marianne, 9 août 2010. http://rue89.nouvelobs.com/2010/08/09/sarkozy-voyou-de-la-republique-selon-marianne-161577
Marianne, Le voyou de la République, N° 494 du 7 au 13 août 2010. http://www.marianne.net/Voyou-de-la-Republique-L-article-de-Jean-Francois-Kahn_a196198.html « Xénophobe et pétainiste ? Certes pas. Mais aucun interdit moral ne l’arrête. Et, pour garder le pouvoir, il est prêt à tout. »
Marianne, “Sarkozy est-il fou ?”, 31 mars 2011.
http://www.staragora.com/news/sarkozy-est-fou-marianne-demande-une-psychanalyse/418547
Nicolas Sarkozy est « La Honte de la Vème République » pour Marianne, 26 avril 2012http://www.ozap.com/actu/nicolas-sarkozy-est-la-honte-de-la-veme-republique-pour-marianne/440610]  

 

Françoise Petitdemange

 

33. DE LA PAIX A LA GUERRE... CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

33.
DE LA PAIX À LA GUERRE…

CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

5 - 32. Le martyre de Muammar Gaddhafi,
de Moatassem Billah Gaddhafi,
d'Abou Bakr Younis Jaber
et la destruction de sépultures

 

     Lors de l'attaque d’un convoi de voitures à proximité de Syrte, le 20 octobre 2011, par une unité aérienne de l'OTAN dans laquelle se trouve un avion français, c'est environ deux cents hommes qui meurent brûlés vifs dans leurs voitures. L’homme du pays, Muammar Gaddhafi, qui se trouve à bord de l’une d’elles, est arrêté, maltraité et lynché : prisonnier d'un petit groupe armé, il sera insulté, frappé, traîné à terre, écorché vif, assassiné au nom des droits de l'homme.

     
Muammar Gaddhafi ne pouvait être traité ainsi sans un ordre du ou des chef(s) d’Etat(s) français, britannique, états-unien. Sans un ordre donné expressément par ces commanditaires occidentaux, les exécutants du crime ne se seraient pas risqués à ce genre d’actes qui ont été commis de sang-froid. Cette lente agonie d’un homme de 69 ans, arrêté, alors qu'il était blessé et sans plus aucune défense, est le plus grand crime politique du XXIème siècle qui devrait être jugé par un Tribunal Populaire International. Son fils Moatassem Billah, arrêté en même temps que lui, a été torturé à mort : ses dents lui ont été arrachées de la bouche, provoquant ainsi des souffrances sans nom. (Ceci fait penser aux deux dents arrachées sur le cadavre de Patrice-Émery Lumumba après son assassinat, en 1961, commandité par les colonisateurs occidentaux. Les tortionnaires, au service des puissances occidentales, ont repris des nazis leurs méthodes d'hommes non civilisés.) Celui qui faisait partie du Comité Central des Officiers Unionistes Libres et qui avait fait la Révolution du 1er Septembre 1969, le seul Noir du groupe, Abou Bakr Younis Jaber, lui aussi arrêté, est mort dans des conditions aussi terribles. Tout cela est le fait d’actes des amis de Nicolas Sarkozy, de David Cameron, d'Hillary Clinton et de Barack Obama, et du grand défenseur des droits de l'homme, Bernard-Henri Lévy. Quatre ans après la fin de la guerre capitaliste-impérialiste-colonialiste, la FIDH (Fédération Internationale des Droits de l’Homme) continue, lâchement, à passer sous silence toutes les violences extrêmes, suivies de crimes qui ont été commis sous l'influence de sa propagande puante…

     
La tombe de la mère de Muammar Gaddhafi, ainsi que les tombes de trois autres membres de la famille Gaddhafi, ont été profanées, dans la demeure familiale de Syrte, par les amis de Nicolas Sarkozy, de David Cameron, d’Hillary Clinton et de Barack Obama,  de Bernard-Henri Lévy... [https://mounadil.wordpress.com/2011/11/02/la-profanation-de-la-tombe-de-la-mere-de-mouammar-kadhafi/] Ces actes, sont-ils en concordance avec les droits de l'homme ? En tout cas, ils sont contraires aux règles de l’Islam et au respect que l'humanité doit à ses ancêtres.

 

Françoise Petitdemange


34. DE LA PAIX A LA GUERRE... CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

34.
DE LA PAIX À LA GUERRE…

CONTRE LE PEUPLE LIBYEN
 

5 - 33. « Kadhafi »…
« une menace réelle sur la Libye » ? Vraiment ?
Sarkozy,
« une menace réelle » sur la France et les autres pays ? Assurément !

 

      Lorsque Nicolas Sarkozy marche, à Tripoli, au milieu d’un groupe de Français, il ne paraît pas très serein. Une journaliste lui pose cette question : « Est-ce qu’on peut savoir votre réaction à à à la mort de Monsieur Kadhafi ? » Le président fait non de la tête en souriant. Il marche. Il regarde un peu de côté en souriant. Un micro se tend. Il se décide à répondre. Lui a-t-on dit que la mort de Muammar Gaddhafi n’était pas digne de la France ? Il parle d’une voix blanche : « L’objectif, c’est que la Libye retrouve sa liberté et un espoir démocratique. On ne doit jamais se réjouir de la mort d’un homme. Quel quel que soit ce qu’il ait fait. Jamais. Mais la menace que faisait peser Kadhafi était une menace réelle sur l’avenir de la Libye. »
     
Mais ce que monsieur Sarkozy n’est pas et ne sera jamais en capacité de comprendre, c’est que la Libye avait retrouvé « sa liberté » depuis le 1er Septembre 1969. Le peuple libyen, contrairement à une partie de la petite et moyenne bourgeoisie française, ne vivait pas d’« espoir » mais de réalité, et sa réalité, c’était une réelle démocratie directe, comme il n’y en a jamais eu en France et dans les autres pays dits libres.
      La démocratie directe en Libye était un modèle à détruire, selon les chefs des pays occidentaux endettés, pour que les peuples de ces pays n’aillent pas trop regarder de l’autre côté de la Méditerranée, dans le Nord de l’Afrique, dans cette Libye où le peuple vivait mieux que le peuple français. Le peuple libyen savait si bien se gouverner lui-même que la Libye était le pays le moins endetté de la planète en décembre 2010 : il menaçait, par ses capacités politico-économiques, non pas le peuple français mais les intérêts de la grande bourgeoisie occidentale et de la finance internationale.
      Voilà pourquoi les chefs d’États français, britannique, états-unien se sont livrés à une véritable chasse à l’homme pour avoir la peau, non seulement de Muammar Gaddhafi mais aussi de ses fils, de ses amis restés fidèles à la Révolution du 1er Septembre 1969, comme Abou Bakr Younis Jaber. Quant à Abdelfattah Younès, est-il passé - véritablement ou seulement apparemment - dans le camp de la rébellion contre la GJALPS (Grande Jamahiriya Arabe Libyenne Populaire Socialiste) ? En tout cas, repéré par Bernard-Henri Lévy qui prit directement contact avec le Mossad, il sera assassiné le 28 juillet 2011. Voilà pourquoi les chefs d’États occidentaux ont fait bombarder, de nuit comme de jour, le peuple libyen dans sa vie, dans son sommeil, et ce, jusque dans les petits villages.
     
Muammar Gaddhafi était un constructeur, non un destructeur comme les chefs d’États occidentaux. Il n’a jamais été une menace « sur l’avenir de la Libye » mais sur l’avenir du capitalisme. Qui était une menace « sur l’avenir de la Libye » ? Sinon Nicolas Sarkozy, lui-même, qui est aussi une menace sur la France. Qui sont ceux qui ont détruit « l’avenir de la Libye », l’avenir du peuple libyen, l’avenir de l’Afrique et des peuples africains ? Sinon Nicolas Sarkozy, David Cameron, Barack Obama, Hillary Clinton… Le criminel de guerre espérait, lâchement, se faire réélire en 2012, afin d’échapper à la justice française ; il cherche à se faire réélire en 2017. Non pas parce qu’il aime la France, mais parce qu’il veut récupérer l’immunité présidentielle qui lui assurerait d’échapper à la justice, définitivement, pour toutes les affaires qui le suivent partout. Puisse le peuple français se passer d’un deuxième quinquennat sous la présidence de Sarkozy et demander le jugement de cet homme, comme il se doit.
     
Le silence médiatico-politique français sur la mort de 150.000 hommes, femmes, enfants, tué(e)s sous les bombes des droits de l’homme, le silence médiatico-politique français assourdissant sur les villages et les villes de Libye détruit(e)s, le silence de mort ne parviendra jamais à masquer le fait que ce président français est devenu un criminel de guerre. À propos de la mort de Muammar Gaddhafi, Nicolas Sarkozy prend un ton hypocrite qui ne trompe que lui-même : « On ne doit jamais se réjouir de la mort d’un homme. » Pourtant, il y a eu des sourires et, même, des rires, et une Hillary Clinton qui s'esclaffe : « We came, we saw, he died. Ah ! Ah ! Ah ! » (« Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort. ») [« Mort de Kadhafi. L’indécence d’Hillary Clinton. https://www.youtube.com/watch?v=BkV6UpnmrrA]
De quoi, de qui s'est vengée Hillary Clinton sur Muammar Gaddhafi ?  C’est cette femme riant de la mort d’un homme - par lynchage - qui, maintenant, brigue la présidence des États-Unis ?

 

Françoise Petitdemange


37. DE LA PAIX A LA GUERRE... CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

37.
DE LA PAIX À LA GUERRE…

CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

5 - 36. L’après guerre

      Quelle démocratie la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis ont-ils installée à la place de la démocratie directe, en bombardant la Libye, en détruisant les moyens de défense et les infrastructures du pays, en armant des bandes de mercenaires venus de différents pays de la région dont quelque 5.000 pauvres types envoyés par le très démocrate émir du Qatar, en massacrant le peuple libyen, de nuit comme de jour, pour le protéger, et en assassinant le Guide révolutionnaire Muammar Gaddhafi ? La démocratie du chaos. Évidemment, Jean-David Lévitte (conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy) ne peut guère être très fier des résultats... « Le suivi, c’est-à-dire l’après guerre, heu… n’a pas été suffisant. Je crois qu’il aurait été souhaitable d’être plus présents pour les aider à, heu, construire. Ce n’était pas leur choix mais ç’aurait dû être notre devoir, voilà. » « Ce n’était pas leur choix » : voilà qui montre que, même les opposants à la démocratie directe, ne voulaient plus voir les Français s’ingérer dans les affaires de la Libye.
      Mais encore… « Si si on devait avoir un regret à exprimer. Mais j’ajoute que cette période-là a coïncidé avec nos élections, l’arrivée d’un nouveau président de la république et, donc, par la force des choses ou du calendrier démocratique français, nous nous sommes trouvés dans une période de transition. » Ceci est irrecevable. Monsieur Lévitte, conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, a failli à sa tâche et à son devoir dès le début : cette guerre n’aurait jamais dû avoir lieu. La clique de Sarkozy a préféré la bombe au dialogue, la guerre à la  diplomatie : d'ailleurs, la France n'a plus de diplomati
e. Quant à vouloir « construire » après avoir détruit 42 années de travail de tout un peuple… Monsieur Lévitte débloque ! « Un regret », un seul : n’avoir pas pu mettre leurs pattes ensanglantées sur la politique et l’économie de la Libye... C’est tout ? Sans doute les bombes, que ces chefs d'États occidentaux et pro-occidentaux ont envoyées sur la population civile et militaire, étaient-elles des fleurs ? Pas de mort(e)s, pas de blessé(e)s, pas de disparu(e)s. Donc, pas de regret. Pas un mot pour ces enfants, ces femmes, ces hommes tué(e)s par les bombes françaises puis par les bombes de l’OTAN placée sous l'autorité du Boucher de la Libye, le terroriste qui voulait affamer le peuple libyen : le commandant Charles Bouchard.

      La « démocratie », selon monsieur Lévitte, c’est la « transition » : gauche/droite, droite/... Le reproche que faisait cette clique à Muammar Gaddhafi, elle aurait dû se l’appliquer à elle-même : elle a été « imprévisible », « incontrôlable », « imprévoyante ». Et, quatre ans après le massacre du peuple libyen et les souffrances sans nom que cette clique a produit(e)s, elle prétend encore se faire élire. Les Français(es) sont-ils des abruti(e)s ?
      Force est de constater, comme Ziad Takieddine l’a fait, que les politiques français sont des « amateurs ». Lorsque Nicolas Sarkozy lance sa guerre en mars 2011, il sait très bien qu’il est à un an d’une nouvelle élection présidentielle. D’ailleurs, la campagne est déjà dans les esprits, dans les médias… À l’approche de cette nouvelle campagne nécessitant de nouvelles dépenses, craignait-il de devoir rembourser le prêt que lui avait accordé le peuple libyen pour la campagne de 2007 ? La situation financière de l’UMP (le parti politique de Nicolas Sarkozy), après la campagne de 2012 menée, assurément, sans l'argent du peuple libyen, ne s’est pas révélée florissante…
    
Voix off : « La faute donc à des élections françaises que sa guerre en Libye n’aura pas permis de remporter. L’histoire ne s’arrête pas là. Après son départ de l’Élysée, continue de planer au-dessus de sa tête, comme une malédiction. À moins que ce ne soit la morale de cette fable. À la suite du dictateur, des affairistes déçus et d’anciens caciques du régime l’accusent d’avoir reçu de l’argent libyen pour sa campagne de 2007. Soupçon infamant qui ternit ses ambitions futures. S’est-il compromis ? Ou bien, président d’une démocratie, paie-t-il tout simplement le fait de s’être aventuré avec un tel dictateur ? »

 

Françoise Petitdemange





38. DE LA PAIX A LA GUERRE... CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

38.
DE LA PAIX À LA GUERRE…

CONTRE LE PEUPLE LIBYEN 


5 - 37. Combien ?

 

       Après un long générique…
      Voici Nicolas Sarkozy à l’émission télévisée « Parole de candidat ». Une journaliste lui pose la question : « Le colonel Kadhafi aurait financé votre campagne en 2007. Est-ce que c’est vrai ? »
     
Nicolas Sarkozy : « Ah ben, dites-moi, s’il m’avait financé, je n’aurais pas été très reconnaissant. » Mais cette répartie - chacun(e) peut en convenir - n’est pas une réponse.
      L’homme d’affaires Ziad Takieddine, qui avait l’oreille de Muammar Gaddhafi, a peut-être la réponse : « Il avait dit, heu… quelque chose autour de 50 millions ou quelque chose comme ça. Tous les rendez-vous avec Kadhafi sont enregistrés et c’est ça qui leur fait peur. »
     
Intervention sur RMC du journaliste, Edwy Plenel, qui correspond aux dires de Ziad Takieddine : « Nous affirmons sur la base de plusieurs témoignages et de documents qu’il y a eu un financement à hauteur de 50 millions. »

     
Ce documentaire s’achève sur deux phrases instructives. À  propos d’un financement de sa campagne de 2007, Nicolas Sarkozy déclarait sur Télé Matin en 2012 :  « Vous croyez vraiment qu’avec ce que j’ai fait à monsieur Kadhafi, il m’a fait un virement ? Pourquoi pas un chèque endossé ? » Comme il est possible de le constater, Nicolas Sarkozy inverse la succession des événements : si la Libye a financé sa campagne présidentielle de 2007, elle ne l’a pas financée… après les huit mois de guerre de 2011 et la mort du Guide révolutionnaire ! En parlant de « virement », de « chèque endossé », monsieur Sarkozy ne manque pas d’humour, à moins qu’il ne prenne les citoyens et citoyennes pour des imbéciles : il sait très bien que ces affaires-là ne se traitent pas ainsi mais en espèces sonnantes et trébuchantes qui ne laissent pas de trace ou très peu.

     
Coup de théâtre : « ce que j’ai fait à monsieur Kadhafi » est un aveu…

     
Le mot « dictateur », répété 57 fois dans le commentaire, doit-il vraiment s’appliquer au Guide révolutionnaire ou…

 

Françoise Petitdemange


16 juin 2015

1 - GRANDEUR ET MISERE DES SPECIALISTES

GRANDEUR ET MISERE DES SPECIALISTES
(1ère partie)

 

Une carte de visite bien remplie… Et pour quoi faire ?

     

      En 1983, Agnès Levallois obtient un diplôme supérieur d’arabe littéral de l’INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales). Deux ans après, en 1990, en tant que spécialiste du Proche-Orient, elle intègre le service du SGDN (Secrétariat Général de la Défense Nationale). En 1993, elle obtient un DEA (Diplôme d’Études Approfondies) de l’IEP (Institut d’Études Politiques) de Paris sur le monde arabe contemporain. Elle devient « responsable du bureau arabe et persan à la Délégation aux affaires stratégiques, au ministère de la Défense ». [http://agneslevallois.com/apropos.php]

      En 1995, elle rédige des articles sur le monde arabe (Maghreb-Machrek) pour la revue La Documentation Française. Trois ans plus tard, en 1998, elle est journaliste à Nord-Sud Export pour le groupe Le Monde, et collaboratrice au Monde Économie. De novembre 2005 à juillet 2006, elle est directrice de l’information et des programmes de RMC-MO (Radio Monte-Carlo - Moyen-Orient, la filiale arabophone de RFI (Radio France Internationale).
[http://www.telesatellite.com/actu/12464-agnes-levallois-ete-nommee-directrice-de-information-de-la-radio-rmc.html] De juillet 2006 à février 2009, elle est directrice adjointe de la rédaction de France 24, responsable des contenus arabophones.

      En 2012, elle crée une SARL (Société à Responsabilité Limitée), Agnès Levallois Conseil. Le capital est de 8.000 euros ; le chiffre d’affaires atteint 1 million d’euros dès l’année 2013.
[https://corporama.com/fr/societe/agnes-levallois-conseil/539856427] Sur le site Agnès Levallois Conseil, le Curriculum Vitae de la spécialiste ès Moyen Orient, est, dans l’« À propos », un peu plus détaillé : « Parlant l’arabe, ayant vécu à Damas et effectué de nombreux séjours en Égypte, au Liban, au Maroc elle est l’auteur de nombreuses publications dont Moyen-Orient mode d’emploi, Stock, 2002. Agnès Levallois s’appuie sur un parcours de spécialiste en géopolitique, analyse du risque pays et en communication pour offrir une expertise sur les pays arabes. »
      [http://agneslevallois.com/apropos.php]

      Sur le même site, le chapitre « Services/Références » permet de découvrir ses diverses activités : missions, séminaires, conseils. Le passage au ministère de la Défense lui a ouvert des portes, dont celles, entre autres, de l’entreprise Thalès. Elle est…
     
« Chargée de mission à l’Académie diplomatique internationale (ADI). Participation à l’organisation de rencontres, de séminaires sur les transitions que vivent les pays de la zone MENA » [Middle East and North Africa] ;
     
« Chargée de cours à l’ENA sur les conséquences géopolitiques des bouleversements dans les pays arabes ;
     
« Chargée de cours à Sciences po : les services de sécurité et de renseignement dans le monde arabe : acteurs du changement ? ;
     
« Animation de séminaires à Ubifrance et dans de grandes entreprises parmi lesquelles Crédit agricole, Renault, Thalès ;
     
« Conseillère éditoriale d’Ipemed, institut de prospective économique du monde méditerranéen, think tank spécialiste des questions euro méditerranéennes. Juin 2011 - Juin 2014
      « Interventions dans de nombreux média : […]. »
     
[http://agneslevallois.com/services.php]
     
D’ailleurs, les logos de tous ces médias sont affichés sur le site : i Télé, RTL, France Inter, RFI, TF1, Arte, France 5, Radio-Canada, AFP, TV5 Monde, RTS Radio Télévision Suisse, Aljazeera, Europe 1, France 2, France Culture.


*
 
Avec pareil curriculum vitae, que peut dire cette spécialiste
sur le sort réservé par l’Occident au monde arabe ?
1ère partie

      Le 20 mai 2015, Agnès Levallois était l’invitée du Club de la Presse, sur Europe 1.
     
(À noter que le logo de la radio se trouve, effectivement, sur son site.)

      Après l’avoir présentée comme la « spécialiste du Moyen Orient et du monde arabe, chargée de cours à l’ENA et à Sciences Po », Nicolas Poincaré tente de dresser un bilan rapide de la situation du moment.
     
« Faut-il s’inquiéter des récentes progressions de l’État islamique en Syrie et en Irak ? L’État islamique, qui n’est plus qu’à 100 kilomètres de Bagdad après la prise de Ramadi, qui se serait emparé aujourd’hui d’une partie de la cité antique de Palmyre en Syrie… Daesh, est-il en train de progresser, faut-il s’en inquiéter ? On vous pose la question jusqu’à 20 heures avec nos trois grandes voix du soir : Gérard Carreyrou, Serge July et Olivier Duhamel. »

 
Mais, d’abord, qu’en est-il de la situation au Mali ?

      C’est l’animateur de l’émission, Nicolas Poincaré, qui pose la première question…
     
« Est-ce que c’est une guerre qu’on peut gagner ? »

       Agnès Levallois :
     
« Très difficile, hein, puisqu’on voit bien surtout sur un terrain comme le Mali qui est un terrain extrêmement large et très, très grand. Et donc, la grande difficulté est d’arriver à repérer où sont les terroristes ou ceux qui sont contre nous et la difficulté à pouvoir atteindre puisqu’on sait très bien que, même si on atteint un groupe ou un responsable, il peut y en avoir d’autres et qui se meuvent très facilement sur ces terrains qu’ils connaissent évidemment beaucoup mieux que nous et qui leur donne un avantage certain sur la capacité que l’on a à réagir. »
     
« Contre nous », c’est-à-dire ? Après son élection en 2012, le nouveau président, François Hollande, n’a pas hésité à marcher sur les pas de son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, qui, en faisant la guerre contre le peuple libyen et le Guide révolutionnaire, Muammar Gaddhafi, a non seulement détruit la Libye mais achevé de déstabiliser toute la région sahélienne. En dépit de plusieurs déclarations, François Hollande, s’ingérant dans les problèmes intérieurs du Mali, lançait le 11 janvier 2013, une importante opération militaire sur le sol de ce pays africain autant que dans les airs, et imposait la date des élections présidentielles au peuple malien pour faire élire l’un de ses favoris. Car, intervenir au Mali, c’est protéger les intérêts français dans les mines d’uranium du pays voisin, le Niger.

      L’invitée veut croire, quant à elle, que tout va bien, pour la France, dans le meilleur des mondes…
     
« Ce qu’y a de vrai, c’est que…, non c’est vrai que l’opération française au Mali a été plutôt réussie, mais, là, nous sommes sur des espaces avec peu de population. C’est la grande différence, je crois, quand même, avec l’Irak et la Syrie où la situation, du coup, est beaucoup plus compliquée, heu, qu’on n’a pas vraiment un projet politique au Mali parce que la situation politique, dans ce pays, est autrement différente de celle qui existe en Irak, qu’en Irak, on sort quand même de plus de dix ans de guerre ou, en tous les cas, d’un pays qui a été complètement cassé, déstructuré, lors de l’invasion américaine. »

      Comme le dit madame Levallois, « L’opération française au Mali a été plutôt réussie ». En effet… France Diplomatie se trouvait dans l’obligation, en ce mois de mai 2015 - soit, deux ans après l’opération guerrière de François Hollande - d’alerter toute personne, résidant au Mali ou désirant s’y rendre, quant au degré du danger.
      « En raison des menaces terroristes prévalant dans la zone sahélienne et des opérations militaires en Carte_du_Mali___mai_2015cours sur unepartie du territoire malien, il est recommandé aux personnes devant se rendre en mission au Mali et à nos compatriotes résidant sur place de faire preuve de vigilance et de se tenir informés de l’évolution de la situation. Pour rappel, il est formellement déconseillé de se rendre en zone rouge (cf. carte en rubrique sécurité) et il est déconseillé, sauf raison impérative liée notamment à des déplacements professionnels, de se rendre en zone orange. » Enfin… « Le tourisme au Mali reste formellement déconseillé. » [Citation et carte dans
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/mali-12287/]
     
Il est vrai que, à consulter la carte produite par le site, il est difficile de savoir où il serait possible de poser un pied sûr au Mali…

      Madame Levallois, spécialiste ès monde arabe, pourra dire, dans la suite de sa prestation au Club de la Presse qui fera l’objet de l’article suivant, que… casser la colonne vertébrale d’un pays ne suffit pas…


Ce 1er texte est paru dans La Voix de la Libye
http://lavoixdelalibye.com/?p=22813


Françoise Petitdemange

http://www.francoisepetitdemange.sitew.fr/#LA_LIBYE_REVOLUTIONNAIRE_.A


18 juin 2015

3 - GRANDEUR ET MISERE DES SPECIALISTES

GRANDEUR ET MISÈRE DES SPÉCIALISTES
(3ème partie)


Une créature ingrate : « Daesh »

      Au Club de la Presse du 20 mai 2015, c’est la dernière ligne droite pour madame Levallois. Elle connaît très bien la Syrie. Son Curriculum Vitae l’indique : elle a vécu à Damas et séjourné en Égypte, au Liban, au Maroc…

      Après la déstructuration achevée de l’Irak (2003), la dislocation de l’État des masses en Libye (2011), la déstabilisation de la Syrie (depuis 2011), la guerre au Mali (depuis 2013), un seul souci pour les franco-anglo-saxons et les monarques du Golfe : Al-Qaïda (dont le fondateur, Oussama Ben Laden, était un ami de la famille royale saoudienne) qui, par son alliance avec d’autres groupes armés, a été partie prenante dans la formation, en 2006, d’un Conseil consultatif des moudjahidines en Irak. Celui-ci, et quelque trente tribus sunnites qui représentent la majeure partie de la population d’Al-Anbar (province de l’ouest de l’Irak), proclament, en octobre de l’année 2006 - soit deux mois avant l’assassinat du Président de la République d’Irak, Saddam Hussein, qui est sunnite  - la création de l’ÉII (État Islamique d’Irak). En avril 2013, certains territoires de la Syrie passant sous son contrôle, l’ÉII devient l’ÉIIL (État Islamique de l’Irak et du Levant). En juin 2014, l’ÉIIL annonce l’instauration d’un califat sur les territoires irakiens et syriens qu’il a pris : l’EIIL devient en abrégé l’ÉI (État Islamique). Mais le califat, qui sera rejeté par certaines organisations comme AQMI (Al-Qaïda du Maghreb Islamique), sera soutenu par d’autres comme le Conseil consultatif de la jeunesse islamique, établi à Derna en Libye, qui prête allégeance à l’État Islamique, le 31 octobre 2014, soit trois ans après la fin des bombardements de l’OTAN en Libye.

3___L_EIIL

      L’ÉIIL, que ses opposants appellent « Daesh », s’avère de plus en plus difficile à manœuvrer pour les chefs d’États occidentaux et les monarques du Golfe. Combien sont-ils, les combattants de cet État Islamique ?

     
C’est au tour de Gérard Carreyrou de poser la question :
     
« On a parlé de dix mille hommes. Ensuite, on a parlé de vingt mille hommes. Maintenant, on parle éventuellement de trente mille hommes. Combien y a-t-il de combattants de Daesh ? »

     
Agnès Levallois : « Maintenant, y a une question sur le nombre, effectivement : au départ, on parlait de quelques milliers, même on arrive à trente mille morts, je serais incapable de [Interventions : « Trente mille hommes, trente mille vivants, pas encore trente mille morts. » « Oui. »]. Pardon. Trente mille, ce serait peut-être une bonne chose, mais trente mille combattants. Je suis incapable de vous donner un chiffre parce que personne n’est en mesure de le donner. »
     
Le lapsus de madame Levallois est particulièrement parlant : il nécessitait bien une pause…


Alors, la Syrie…

      Dès la reprise de l’émission, Nicolas Poincaré ajoute une petite récréation :
     
« On parlait de Palmyre, à l’instant, cette cité antique, donc syrienne, qui est sur le point de tomber entre les mains de l’organisation de l’État islamique. Écoutez ce que nous en disait, hier soir, ici même, Jack Lang. »

     
« Pour Palmyre, vraiment, qu’on, qu’on prenne tous les moyens, je ne sais, aériens, si on veut pas aller au sol pour, j’allais dire, massacrer ces massacreurs ! [Intervention d’une journaliste : « Une bombe ? »] Pour détruire ces voyous ! ces étrangleurs ! ces assassins ! ces bandits ! Il faut sauver Palmyre ! C’est, c’est là une partie de notre civilisation : sauvons Palmyre ! Il faut sauver Palmyre par tous les moyens. »
     
Le palmarès politique de Jack Lang est éloquent : sous les deux présidences de François Mitterrand, Jack Lang fut ministre de la Culture, du 22 mai 1981 au 20 mars 1986, puis ministre de la Culture et de la Communication, du 13 mai 1988 au 2 avril 1992 ; en outre, du 17 mai 1991 au 2 avril 1992, il fut porte-parole du gouvernement Cresson. Du 2 avril 1992 au 29 mars 1993, sous le gouvernement Bérégovoy, il fut ministre d’État, ministre de l’Éducation nationale et de la Culture, puis, du 27 mars 2000 au 6 mai 2002, sous le gouvernement Jospin, ministre de l’Éducation nationale.

     
Palmyre… Cette oasis du désert de Syrie, qui est située à 210 kilomètres au nord-est de la capitale syrienne, Damas, est connue pour son site ancien classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Mais ce n’est pas de l’histoire antique de Palmyre que Jack Lang était venu parler, la veille, le 19 mai 2015, au Club de la Presse…
     
Les conditions de vie faites, depuis 2011, par les Occidentaux au peuple syrien - comme au peuple libyen - au nom des droits de l’homme et de la démocratie, pour renverser un régime qu’ils honnissent et évincer un président élu et même réélu, Bachar El Assad, qui ne fait pas leurs affaires, n’ont rien à voir avec l’art… Les propos qui vont suivre sont sans équivoque.

     
L’animateur, Nicolas Poincaré, se renseigne auprès de son invitée…
     
« Mais c’est une grande ville en dehors du site antique […] ? »

     
Palmyre, un site archéologique ? Bien sûr, mais Agnès Levallois y voit autre chose...
     
« Non, ce n’est pas une ville, ce n’est pas une ville très très grande, mais c’est surtout une ville qui a une position stratégique puisque c’est une ville qui est pas très loin de la frontière avec l’Irak, hein. On est à quelques centaines de kilomètres et, donc, c’est la région qui est mitoyenne de la fameuse région d’Al-Anbar où se trouve la ville de Ramadi qui a été prise par les [mot inaudible] islamiques récemment. Donc, on est[Intervention de Nicolas Poincaré : « Donc, ça ferait une entité territoriale pour Daesh. »] Voilà ! Et c’est pour ça. Il y a une profondeur stratégique, et c’est la route de Damas, on est à 250 kilomètres de Damas. Et, au nord, si on va vers Homs qui est ce verrou stratégique qui permet après d’aller vers la région de Lattaquié, qui est la région alaouite dont est originaire le président syrien. Vous voyez bien qu’on est sur une situation stratégique extrêmement intéressante. »
     
Voilà ce qui anime particulièrement les chefs d’États français, britannique, états-unien et les monarques du Golfe… en marge des gros intérêts politico-économiques de leurs multinationales de l’armement : faire tomber Damas, qui est à la fois la capitale de la Syrie et la ville natale de Bachar El Assad, comme ils ont fait tomber Bagdad, la capitale de l’Irak, et Tripoli, la capitale de la Libye ; faire détruire Lattaquié (région alaouite), comme ils ont fait détruire tout récemment, en mars 2015, le mausolée, construit à l’époque de Saddam Hussein pour honorer les morts, qui avait reçu les dépouilles de celui-ci, de ses fils, et d’autres personnes - monument érigé au centre d’Al-Awja, village natal de Saddam Hussein, situé à 10 kilomètres au sud de la ville de Tikrit, dans la province de Salah ad-Din, comme ils ont détruit, en octobre 2011, la ville de Syrte, contribué au massacre d’un millier de membres de la tribu Gadhadhafa et au lynchage du Guide révolutionnaire, et laissé profaner, dans la cour de la demeure familiale des Gaddhafi, le tombeau de la mère de Muammar Gaddhafi et de trois autres membres de la famille, au mépris de la loi musulmane comme de toute loi humaine.

     
Agnès Levallois poursuit son explication :
     
« Et que, pour l’État islamique qui a dans cette idée d’abolir les frontières, d’avoir Ramadi et Palmyre, ça permet justement de dire que ils sont en mesure d’établir un califat, même si on est dans le fantasme, et que, du coup, les frontières n’ont plus de sens et qu’ils sont, eux, dans cette logique de, de détruire ces fameuses frontières. Donc, c’est en ça que Palmyre est important. Et les, les organisa, enfin l’État islamique est tout à fait conscient aussi que, en s’approchant de Palmyre, la communauté internationale va réagir et qu’on va, à nouveau, parler d’elle parce que cette organisation ne vit, enfin, vit beaucoup sur la com. Et c’est une organisation qui fait une com d’enfer en permanence. » Selon Agnès Levallois, l’État islamique est en plein fantasme et en pleine com. Les populations le savent : les hommes et les femmes politiques en France ne font pas de « com ». Et madame Levallois, qui est « spécialiste » « en communication », non plus, d’ailleurs…


1er texte paru dans La Voix de la Libye
http://lavoixdelalibye.com/?p=22813
2ème texte paru dans La Voix de la Libye
http://lavoixdelalibye.com/?p=22889



Françoise Petitdemange


http://www.francoisepetitdemange.sitew.fr/#LA_LIBYE_REVOLUTIONNAIRE_.A

19 juin 2015

4 - GRANDEUR ET MISERE DES SPECIALISTES

GRANDEUR ET MISERE DES SPECIALISTES
(4ème partie)

Les guerres religieuses rallumées ?

      Dans le cadre du Club de la Presse du 20 mai 2015, « les trois grandes voix du soir », selon l’animateur Nicolas Poincaré, sont toujours avec l’invitée, Agnès Levallois.

     
Olivier Duhamel, spécialiste de droit constitutionnel, essaie de récapituler à sa façon le poids des tendances religieuses dans les conflits politiques actuels :
     
« […], ce qu’on comprend au début, c’est un combat entre sunnites et chiites, et ça, quand on dit ça, y a une petite complication parce que c’est l’Iran qui est chiite et donc l’Iran, ennemi des États-Unis, dans cette affaire-là, devient, forcément, plus ou moins allié des États-Unis. Et pis ça se complique encore un peu parce que l’Arabie saoudite, elle est sunnite, donc, normalement, elle devrait soutenir heu… ou elle pourrait soutenir les sunnites de Daesh. Sauf que, non, elle est avec les États-Unis contre les sunnites de Daesh. Alors, expliquez-moi pourquoi l’Arabie saoudite n’est pas avec Daesh et jusqu’où les États-Unis vont aller avec l’Iran ? »

      Agnès Levallois :
     
« Alors, la raison pour laquelle l’Arabie saoudite n’est pas avec Daesh, c’est que, là, vous avez un groupe de radicaux, de djihadistes radicaux, et qui ont, dans leur ligne de mire, la disparition du régime d’Arabie saoudite, estimant, les membres de Daesh estiment que l’Arabie saoudite est tout à fait illégitime et qu’elle n’a aucune 4___Arabie_saouditeraison [Intervention : « Ah ! d’accord… »] de, de diriger ce pays en raison de la corruption qui règne au sein de la famille royale [Intervention : « Ce sont les extrémistes. »] Ils sont bien plus radicaux même si, alors si on analyse les choses de plus près, c’est plus compliqué parce qu’on s’aperçoit qu’il y des pratiques de ce royaume saoudien qui sont finalement assez proches des pratiques de Daesh, et je pense simplement aux décapitations, aux exécutions. Aujourd’hui, il y a déjà eu 84 exécutions en Arabie saoudite depuis le début de l’année, ce qui est quand même énorme. Donc, elle n’a rien à envier à Daesh et vice versa. Mais on va, on va essayer de, de revenir sur le, la question que vous m’avez posée. »
     
Une petite idée vient à l’esprit : les hommes et les femmes politiques en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis qui ne cessaient, en 2011, de clamer haut et fort que Muammar Gaddhafi, en Libye, et Bachar El Assad, en Syrie, étaient des dictateurs qu’il fallait éliminer, sont devenu(e)s de fervent(e)s partisan(e) des monarchies du Golfe et, notamment, du roi saoudien qui a tout de même - selon ce qu’en dit Agnès Levallois - la main un peu lourde sur les délinquants, non ?

Une Arabie saoudite aux abois ?

      Voilà un complément de réponse apporté, par madame Levallois, à la question d’Olivier Duhamel :
     
« Aujourd’hui, l’Arabie a qu’une angoisse, c’est que Daesh approche de ses frontières et la remette en question. Donc, l’Arabie saoudite fera tout pour empêcher l’avancée de Daesh [Intervention : « Ce sont leurs extrémistes en quelque sorte, du genre Mélanchon, bon, d’accord…. » Ce sont leurs extrémistes mais ce sont vraiment leurs, leurs ennemis, leurs ennemis de façon absolument [Intervention : « D’accord ! »] dramatique. Donc, l’Arabie saoudite ne va pas soutenir Daesh même si certains Saoudiens - je ne parle pas du gouvernement de la famille royale - peuvent soutenir Daesh par des financements parce qu’ils ont leurs propres canaux de financements, estimant que finalement ce que fait Daesh n’est pas mal pour rentrer en guerre contre la famille royale. Donc, ça. Il peut y avoir des financements. C’est pour ça qu’on entend régulièrement dire que les Saoudiens, certains Saoudiens, financent Daesh. Certains peuvent le faire, mais ça ne sera jamais la famille royale [Intervention : « D’accord ! »] qui, aujourd’hui, se rend compte que, de toute façon [Serge July : « C’est surtout la branche actuelle… »], celle qui est aux affaires, bien sûr. Donc, ça, de ce côté-là, y a pas de, y a pas d’ambiguïté là-dessus. C’est vrai que le conflit, enfin la situation au Moyen Orient - ce qui n’était pas le cas, y a quelques années -, s’est complètement confessionnalisée, et qu’aujourd’hui, on a tendance [Serge July : « Confessionnalisée, sunnites contre chiites… »], sunnites contre chiites, et qu’on a tendance aujourd’hui à ne voir ce conflit que sous cet angle de ce clivage entre les sunnites et les chiites. »

À propos de l’Iran et de l’Irak

      Après avoir fait un détour par l’Arabie saoudite, Agnès Levallois évoque les deux pays qui se sont opposés dans une guerre fratricide de septembre 1980 à août 1988 :
     
« Là où ça se complique, c’est qu’effectivement, les Iraniens, qui sont la force régionale dominante chiite, heu…, a des liens privilégiés avec l’Irak aujourd’hui, dont la majorité des Irakiens est elle-même chiite, hein. Alors que, du temps de Saddam Hussein, c’était la minorité sunnite qui était aux affaires. Donc, je rappelle ça parce que ça explique aussi la situation actuelle en Irak, où vous avez quand même, après l’invasion américaine et avec les élections qui se sont tenues, et donc les chiites, majoritaires, qui sont arrivés au pouvoir, soutenus, en cela, par l’Iran, heu, ont eu un comportement aussi de revanche après toutes les années de l’époque de Saddam Hussein au cours desquelles les chiites étaient vraiment maltraités et n’avaient pas leurs places dans les institutions politiques. Donc, là, on a un renversement de situation : aujourd’hui, ce sont les chiites qui sont aux affaires et les sunnites se trouvent complètement marginalisés et estiment qu’ils n’ont pas la place qu’il leur revient. Ce qui fait que, aujourd’hui, vous avez une partie de la population irakienne sunnite qui rejoint Daesh, pas par idéologie, pas par adhésion à ce que défend Daesh, mais par réaction au comportement du gouvernement central de Bagdad, chiite, sectaire, [Intervention de Serge July : « et des milices »] et des milices. Donc, on est dans une situation, là, qui devient vraiment très compliquée parce que vous avez beaucoup d’anciens de Saddam Hussein - je pense, en particulier, à des militaires du temps de Saddam et des services, des responsables des services de sécurité du temps de Saddam Hussein - qui ont rejoint Daesh parce que ça leur permet de retrouver une activité sur le terrain. »

       Serge July :
     
« Oui. Est-ce que, finalement, tous ces événements ne sont pas des dégâts collatéraux de la, du choix stratégique qui a été fait par les États-Unis de privilégier la relation avec l’Iran et d’avoir un accord, en particulier, sur le nucléaire. Parce que tout ça, ça déroule, c’est une provocation d’être, vis-à-vis des Irakiens, vis-à-vis d’une partie des Syriens, cette alliance avec, potentielle en tout cas, avec l’Iran. »

      Agnès Levallois revient sur les États-Unis qui soufflent sur les braises :
     
« Non, je pense pas qu’on puisse, heu, envisager les choses sous cet angle-là. Au contraire, je pense que la, le règlement, ou en tous les cas, une vraie négociation sérieuse entre les États-Unis et l’Iran peut permettre, au contraire, d’apaiser la situation dans la, dans la région. Et éviter, justement, que chacun essaie de placer ses pions et essaie de [Serge July : « Mais l’Iran est un épouvantail pour, heu, quand même les sunnites…]. Bien sûr. Bien sûr que l’Iran est un, est un épouvantail pour, heu, pour les sunnites, pour, oui, pour les sunnites. […]. La grande, quand même la, la, l’origine de la déstabilisation de la région, c’est quand même l’invasion américaine de l’Irak, à partir de laquelle tout a découlé et que des alliances se sont justement faites pour essayer de, de contrer, ou chacun essayant de profiter du vide causé par cette, cette catastrophe qui a été provoquée. »
     
Il faut bien noter - et c’est madame Levallois, qui ne peut être accusée d’être anti-occidentale, qui le dit - que « l’invasion américaine de l’Irak » est à « l’origine de la déstabilisation de la région », « du vide causé par cette, cette catastrophe qui a été provoquée » : c’est-à-dire à l’origine de tous les problèmes survenant, depuis de nombreuses années, dans les pays arabes évoqués ici.

 

1er texte : http://lavoixdelalibye.com/?p=22813
2ème texte : http://lavoixdelalibye.com/?p=22889



Françoise
Petitdemange
 

http://www.francoisepetitdemange.sitew.fr/#LA_LIBYE_REVOLUTIONNAIRE_.A

 

21 juin 2015

6 - GRANDEUR ET MISERE DES SPECIALISTES

GRANDEUR ET MISÈRE DES SPÉCIALISTES
(6ème partie)


La politique de la France en Syrie…

 

      Toujours au Club de la Presse, le 20 mai 2015, voici ce qui étonne, par-dessus tout, Agnès Levallois :
      « Et aujourd’hui on a une position de la France qui est absolument inaudible et qui est complètement. Moi, ce qui me frappe, c’est qu’aujourd’hui le gouvernement de Bachar El Assad nous déteste, hein, déteste la politique de la France à juste titre. Mais que l’opposition nous en veut aussi terriblement parce que, au début, souvenez-vous, on n’a pas arrêté de dire : “Nous, la France, on va aider cette opposition”, on n’a rien fait. Donc, aujourd’hui, tout le monde nous déteste : l’opposition qui estime qu’on n’a pas respecté des accords, qu’on n’a pas respecté la parole et le gouvernement de Bachar El Assad qui, effectivement, trouve qu’on joue un jeu terriblement. »
     
Après la haine contre le président syrien en exercice, Bachar El Assad, répandue dans les médias français, et après tout ce que madame Levallois vient d’exprimer, faut-il s’étonner que « la politique de la France » soit « détestée » ? La France a fait « des accords » avec les opposants syriens qui, pour la plupart, ne vivaient plus, depuis des décennies, dans leur pays natal : cela s’apparente à une aide de la France à un coup d’État venant de l’extérieur contre le régime syrien. La haine des responsables politiques et médiatiques contre Bachar El Assad aura son revers habituel : dans le cas où l’issue de la guerre en Syrie se révélerait favorable aux chefs d’État occidentaux, les États-Unis ramasseront à la pelle des contrats avec ce pays tandis que la France n’aura pas même des miettes.

     
Serge July qui, dans cette émission, intervient quand il veut… n’hésite pas à couper la parole à l’invitée…
     
« Alors, justement, la question [Nicolas Poincaré : « Serge July… »] que je voulais poser, au mois d’août 2013, de savoir les États-Unis, la France, est-ce que ils allaient bombarder le régime de Bachar, les, les armées de Bachar, heu, vous pensez que ça a été un tournant, heu, terrible. [Agnès Levallois : « Pour moi »…] Vous, personnellement, en tant que chercheuse, vous pensez que ç’aurait été utile ? »

     
Agnès Levallois va tout de même pouvoir répondre…
     
« Alors, c’est une question extrêmement difficile [Serge July : « Oui. »]. Moi, je pense, je pense honnêtement que, en août 2013, le régime était vraiment affaibli : y avait vraiment un sentiment, à Damas, enfin des échos que j’avais, vraiment, de, de, de peur, mais de peur terrible de ce régime, de ce qui était en train de se passer. Et je crois que quelques frappes, heu, ciblées, auraient pu permettre en tous les cas de, de, soit de faire tomber le régime, soit de, d’envoyer un signal au deuxième cercle autour de Bachar El Assad. Je ne parle pas du premier cercle, hein, qui, lui, de toute façon, ne bougera jamais. Mais le deuxième et troisième cercles, là, de basculer parce que ce deuxième et troisième cercles auraient vu qu’il y avait vraiment une vraie parole de cette communauté internationale et qu’elle était prête à aller jusqu’au bout. »
     
Agnès Levallois omet de rappeler « ce qui était en train de se passer », réellement, au mois d’août 2013. Début août, les opposants syriens avaient mené une offensive dans la région de Lattaquié et causé un massacre dans la population civile alaouite. Le berceau familial des Assad se trouve notoirement à Qardaha, près de Lattaquié, à l’ouest de la Syrie, et le père de Bachar, Hafez El Assad, y était né dans une famille pauvre appartenant à la petite communauté religieuse des Alaouites. Fin août, les opposants dénonçaient des bombardements massifs à l’arme chimique perpétrés par le prétendu dictateur, Bachar El Assad, contre la population civile, principalement alaouite. Or, quel intérêt, le président de la république, aurait-il eu à bombarder les civil(e)s de cette communauté ?… Pour les responsables politiques et médiatiques occidentaux, ces accusations, qui attaquaient le régime syrien et qui provenaient des opposants, ne pouvaient être que vraies.
     
L’invitée du Club de la Presse émet un autre regret : celui que lui donnent les forces occidentales de n’avoir pas profité de ces mensonges contre Bachar El Assad, diffusés en masse dans les médias français notamment, pour intervenir par « quelques frappes » 7___Syrie« ciblées » contre la Syrie (comme en Irak, lors des deux guerres du Golfe, comme en Libye en 2011 pour protéger le peuple)… En vertu de quel droit ? Eh bien ! du droit d’ingérence des États occidentaux - si cher à Bernard Kouchner - dans les affaires intérieures des autres pays, droit qui bafoue le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et qui viole leur souveraineté… Pour Agnès Levallois, il fallait « aller jusqu’au bout » ! C’est-à-dire renverser le régime : la République Arabe Syrienne et le président élu.
     
Faut-il rappeler, ici, que Ali Sulayman el-Wahch avait fait partie d’un groupe d’insurgés opposés à l’occupation française (1920-1946) de leur pays et que sa lutte contre l’occupant lui avait valu le surnom d’El Assad (Le Lion). Son fils, Hafez El Assad, qui était entré à l’Académie militaire syrienne et avait suivi une formation de pilote de chasse au sein de l’Armée Rouge, en URSS, avait mis fin, une fois devenu président de la République Arabe Syrienne, à la série de coups d’État orchestrés contre son pays. Son petit-fils, Bachar El Assad, s’est opposé à l’invasion de l’Irak par l’armée américaine, en 2003, qui se trouve, selon Agnès Levallois, à l’origine de tous les problèmes actuels dans le monde arabe.

      Serge July :
      « Vous savez pourquoi ça n’a pas eu lieu »
     
     
Agnès Levallois :
     
« Je sais, mais et du coup [Serge July : « À cause de l’Iran. »]. Bien sûr. [SJ : « Et des négociations avec l’Iran. »] Mais à partir de là, mais à partir de là, ce qui, pour moi, est encore beaucoup plus dramatique, c’est que c’est un permis de tuer qui a été délivré à Bachar El Assad. C’est-à-dire que Bachar El Assad, quand il a vu qu’il y avait ce recul de la communauté internationale, s’est, ce que j’appelle vraiment “permis de tuer” et de, à partir de là, on a vu Bachar El Assad, effectivement, se déchaîner. Il avait plus aucune raison d’arrêter de, de, de faire ce qu’il était en train de faire puisqu’en dépit de nos grandes paroles, on ne faisait plus rien. Et quand vous reprenez la chronologie, vous vous apercevez qu’à partir de là, il y a eu ces bombardements sans fin de la population civile par Bachar El Assad à Alep, en particulier, qui est quand même un cas de figure emblématique, la deuxième plus grande ville de Syrie. Là aussi, un joyau architectural. »
     
Comment madame Levallois, qui procède par des assertions sans preuves et des sous-entendus, peut-elle penser que ce qu’elle raconte, au sujet des « bombardements sans fin de la population civile par Bachar El Assad à Alep », est crédible ? Les appareils politico-médiatiques, n’ont-ils pas menti aux peuples du monde en racontant que Saddam Hussein détenait des armes chimiques qui, de figurer dans la panoplie des ADM (Armes de Destruction Massive), étaient réprouvées par les chefs d’États occidentaux qui ne se gênaient pas et ne se gênent toujours pas pour en détenir eux-mêmes… et pour les utiliser comme en Yougoslavie, en Irak, en Libye, etc. Les appareils politico-médiatiques, n’ont-ils pas menti aux peuples du monde en racontant que Muammar Gaddhafi bombardait son peuple et faisait des centaines puis des milliers de morts ? Selon le regret de madame Levallois, « la communauté internationale », aurait-elle dû se donner le « permis de tuer » en bombardant la Syrie ? Le droit d’ingérence par les bombes, que se sont donné et que se donnent les Occidentaux dans les affaires intérieures des autres pays, est, lui, un « permis de tuer » les populations militaires et civiles sans qu’elles n’aient pu et ne puissent plus se défendre des attaques intérieures et extérieures puisque l’armée de leur pays est détruite en premier lieu…
     
En mars 2011, les autorités légitimes de la Libye et de la Syrie - police, armée - et les populations de ces deux pays ont été attaquées - comme par hasard, en même temps - par des groupes armés d’opposition. Les trois chefs d’États français, britannique, états-unien ont profité de ces attaques par des groupuscules d’hommes armés, dont certains n’étaient pas de Libye et de Syrie, pour traiter le Guide révolutionnaire libyen, Muammar Gaddhafi, et le président syrien, Bachar El Assad de « dictateurs sanguinaires » et pour bombarder directement la population libyenne sous le prétexte de la protéger et indirectement la population syrienne… Qu’auraient fait ces trois chefs d’État si des groupes armés d’opposition, pas même venus d’ailleurs, avaient attaqué les autorités - police, armée - et les populations dans leurs pays ? La réponse est ici : en Grande-Bretagne, un Britannique d’origine antillaise, soupçonné d’être un dealer, fut abattu par la police, le 4 août 2011 ; suite à ce meurtre, des manifestations contre la police - tout de suite appelées « émeutes » dans les médias - ont eu lieu entre le 6 et le 10 août, à Londres, à Birmingham, à Liverpool, à Manchester et à Bristol… Les forces de police n’ont pas hésité à riposter. David Cameron, qui s’était rangé du côté des prétendus manifestants et des tout aussi prétendus rebelles, libyens et syriens, et qui était occupé à faire bombarder la population civile en Libye, annoncera de terribles mesures de répression contre les manifestants un peu turbulents dans son pays.
     
     
D’un côté, madame Levallois accuse Bachar El Assad d’avoir mis à mal Alep, « un joyau architectural », et, d’un autre, elle a appelé le même à attaquer « Daesh » à Palmyre, autre joyau du patrimoine antique syrien.
     
« Quand vous vous promenez dans le vieux souk d’Alep ou la citadelle qui surplombe le souk d’Alep, heu, - là aussi, j’y suis allée à de nombreuses reprises - et que ça n’existe plus, que ça a été détruit, c’est une cata, et ça, c’est le régime de Bachar El Assad qui l’a fait. Et ce n’était pas Daesh, à l’époque. »
     
Où serait l’avantage de Bachar El Assad de détruire les joyaux de son pays ? N’y avait-il pas, là, des manifestants ou, plutôt, des groupes armés contre la République Arabe Syrienne et contre un président élu ? Ces groupes s’étaient bientôt constitués en ASL (Armée Syrienne Libre) soutenue par les chefs d’États français, britannique, états-unien, renforcée par l’apport de mercenaires - combattants islamistes, armés et entraînés en Turquie, financés par les monarques du Golfe (Qatar et Arabie saoudite), supervisés, depuis la Turquie, par des agents de la CIA - qui faisaient et font encore le coup de feu contre l’armée de la République Arabe Syrienne, pour renverser le président élu et anéantir le parti Baas, dans le but d’établir… quelle démocratie ?

     
Faut-il penser que seuls les chefs d’États occidentaux et leurs complices du Moyen Orient ont le droit de bombarder des pays et les populations qui y vivent ?… Agnès Levallois :
     
« Donc, tout ça pour dire que le, le, le, le, le rendez-vous manqué de 2013, heu, soit on ne disait rien parce qu’on n’avait pas, on savait très bien qu’on n’irait jamais bombarder, mais, à ce moment, il fallait pas dire qu’il y avait des lignes rouges, et à partir du moment où on dit qu’il y a des lignes rouges et que la parole n’est pas tenue, là, Bachar El Assad : boulevard devant lui et [mot inaudible], pour lui la vie était belle et on voit les résultats, deux ans après, ce qu’on arrive pratiquement à deux ans après. »
     
Vraiment, madame Levallois, en 2013, « la vie était belle » pour Bachar El Assad qui, depuis 2011, voyait son pays attaqué, la population obligée de fuir, et ne pouvait ignorer le sort réservé par les chefs d’États français, britannique, états-unien à Muammar Gaddhafi ?                 

  

1er texte : http://lavoixdelalibye.com/?p=22813
2ème texte : http://lavoixdelalibye.com/?p=22889

 

Françoise Petitdemange

 

http://www.francoisepetitdemange.sitew.fr/#LA_LIBYE_REVOLUTIONNAIRE_.A