24 avril 2015

3. DE LA PAIX A LA GUERRE... CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

3.
DE LA PAIX À LA GUERRE...
CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

 

1 - 2. Un ministre de l’Intérieur
dans l’État-paria…

 

      « 6 octobre 2005. » Voix off : « Toute cette histoire a commencé deux ans avant que le futur président n’entre à l’Élysée lorsqu’il est allé faire la connaissance du dictateur un jour d’octobre 2005. Il est alors un fringuant ministre de l’Intérieur de Jacques Chirac qui ne fait pas de mystère de ses ambitions présidentielles. Depuis l’aéroport, son convoi file à travers Tripoli, capitale d’un État de six millions d’habitants que la manne pétrolière a rendu le plus riche d’Afrique. Sur les murs s’affiche partout l’homme qui le dirige d’une main de fer depuis 1969. »

     
Voix off : « Officiellement, le ministre a été convié, ici, à venir s’entretenir de la lutte antiterroriste et de l’immigration irrégulière. » Nicolas Sarkozy : « Pourquoi voulez-vous aller en Italie ? » Un jeune homme : « Je voulais partir. » Pour les États capitalistes en crise, dont une partie des populations - au chômage ou au travail - ne peuvent plus subvenir aux nécessités de leur existence, il s’agit, à l’époque, de lutter contre le terrorisme que, pourtant, ils sécrètent eux-mêmes, et de freiner, sinon d’empêcher, l’arrivée d’Africains et de leurs familles en Europe, notamment en France. Mais le Guide révolutionnaire, Muammar Gaddhafi, n’avait pas attendu les Occidentaux pour inciter les Africain(e)s à rester dans leurs pays afin de contribuer au développement du continent.  
     
Voix off : « En coulisses toutefois, cette visite a pour le ministre d’autres enjeux, plus personnels. Elle a été initiée par un homme de l’ombre, un Libanais, un intermédiaire en armements, à la fois proche de plusieurs membres de son entourage et familier du pouvoir libyen. » L’intermédiaire en armements, c’est  Ziad Takieddine qui parle, non pas du « dictateur », mais du « colonel Kadhafi » : « En 2005, je rencontre le fils du colonel Kadhafi [Saïf al-Islam] en visite privée en France. Alors, il m’invite en Libye pour aller rencontrer son père, le colonel Kadhafi. Et je rencontre Kadhafi. Quand je parlais de Nicolas Sarkozy, à lui, je parlais de lui comme quelqu’un qui allait changer beaucoup la démarche française, en général, dans le domaine de la politique extérieure. » Bernard Cheynel, lui aussi intermédiaire en armements, confirme les dires de son confrère : « C’est Saïf qui s’est emballé sur Sarkozy. Saïf qui a poussé son père : “papa, papa, papa, papa.” Papa, il est formidable, papa. Il est formidable. » Ziad Takieddine : « Je retourne en France. Je vois monsieur Guéant et des choses se sont mises en place. » Jean-Luc Sibiude (ambassadeur de France en Libye) : « Et monsieur Claude Guéant était venu préparer la visite plusieurs fois. Je crois qu’il est venu au moins deux fois, pas forcément… Une fois… Monsieur Claude Guéant avait ses propres contacts. » Voix off : « Signe de l’importance qu’il accorde à cette relation, son plus proche collaborateur [Claude Guéant, donc...] devient dès lors son agent de liaison avec les Libyens. »

Françoise Petitdemange


26 avril 2015

23. DE LA PAIX A LA GUERRE... CONTRE LE PEUPLE LIBYEN

23.
DE LA PAIX À LA GUERRE…

CONTRE LE PEUPLE LIBYEN
 


5 - 22. Pour qui travaille le président français ?

 

      Sur fond de drapeau bleu-blanc-rouge, apparaît cette annonce : « Allocution de monsieur le président de la république Dimanche 27 février 2011. » (La Marseillaise à l’appui.) Nicolas Sarkozy, devant la bibliothèque de l’Élysée [sic], prépare “l’opinion” à la guerre… « Mes chers compatriotes. C’est mon devoir de prendre les décisions qui s’imposent quand les circonstances l’exigent. Nous avons donc le devoir d’agir face à la crise libyenne dont les conséquences pourraient être très lourdes pour la stabilité de toute la région. » Ce « devoir d’agir », n’est-ce pas un ordre donné par… le CRIF, par exemple ? De quelle « stabilité de toute la région », parle-t-il ?... Parle-t-il d'une stabilité au profit d'Israël qui ne cesse de bombarder le peuple palestinien ? Quatre ans après les efforts de « stabilité » déployés par Nicolas Sarkozy, c’est le chaos dans les pays arabes et africains.
     
     
Jean-David Lévitte (conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy), lui, se souvient d’une autre guerre : « Le président de la république, heu, lui, heu a été mobilisé tout de suite, a très bien compris que que cette affaire allait tourner à la tragédie, heu, avec des dimensions effroyables. Heu… Et, et le le souvenir que j’en garde, c’est qu’il m’avait demandé, heu, à l’époque, heu, comment s’était déroulée l’affaire de Srebrenica puisque j’étais auprès du président Chirac à l’époque. » Comment monsieur Lévitte, peut-il parler d’une « tragédie » supposée que le président Sarkozy voulait éviter en larguant des bombes sur le peuple libyen ? Puisque monsieur Lévitte se souvient, autant qu’il se souvienne jusqu’au bout… Après l’éclatement programmé, notamment par le FMI (Fonds Monétaire International), de la République Fédérative Socialiste de Yougoslavie, en 1992, suivi d’une guerre, en mars 1994, et d’un massacre pudiquement appelé L'« affaire de Srebrenica », en juillet 1995, que faisait Bernard Kouchner, comme représentant spécial du secrétaire général de l’ONU et chef de la Mission d’administration intérimaire des Nations Unies, au Kosovo, entre le 15 juillet 1999 et le 15 janvier 2001 ? Après la mort du Guide révolutionnaire et la fin des bombardements qui ont été délibérément effectués pour anéantir l’armée jamahirienne, et donc le peuple, la « tragédie », que le président français prétendait éviter avec des bombes, se poursuit.



Françoise Petitdemange